Rechercher
  • The Alchemists

La voie du multilatéralisme en temps de crises

#16 - Le monde traverse une série de crises majeures, se superposant les unes aux autres : de Vincent Philip par Henri Lastenouse et Karine Lazimi Chouraqui de l'Académie The Alchemists


Crédit photo: Nick Fewings - Unsplash

Le monde traverse une série de crises majeures, se superposant les unes aux autres :


- Réaction difficile lors de la pandémie de COVID, dont les variants successifs menacent toujours quelque reprise économique.

- Réaction tardive face au risque annoncé de la guerre en Ukraine, cause du plus grand déplacement de population en Europe depuis la Seconde Guerre Mondiale.

- Réaction décevante depuis 20 ans devant la crise du dérèglement climatique, alors qu’hier en Avril, il faisait 50 degrés Celsius partout en Inde, soit des températures quasi-insupportables.

A cela s’ajoutent des niveaux d’endettement et d’inflation beaucoup trop élevés dans la majorité des pays.

Ces crises superposées toucheront davantage les pays les plus pauvres et vulnérables, effaçant les progrès des dernières décennies dans la lutte contre l’extrême pauvreté... Les institutions de Bretton Woods (le FMI et la Banque mondiale), établies après la Seconde Guerre mondiale pour la reconstruction et le développement, restent aujourd’hui encore un outil essentiel pour la coopération internationale et la stabilité financière. S’appuyer sur ces institutions financières en temps de crise, c’est s’appuyer sur un cadre existant ayant démontré des résultats opérationnels.


Nous parlons ici de $300 milliards de dollars de programmes de soutien budgétaire exceptionnels depuis mars 2020. Rappelons également les presque $150 milliards de financement pour la mise en œuvre de milliers de projets de développement internationaux dans les infrastructures, le développement humain, ou l’innovation.

Enfin, le renforcement des capacités dans le domaine des technologies digitales devient particulièrement important à la lumière des bénéfices perçus pendant la pandémie pour maintenir nombre d’activités professionnelles, éducatives ou administratives.

Le FMI et la Banque mondiale se réunissaient fin avril à Washington, rassemblant leurs gouverneurs, les ministres des finances de plus de 180 pays. Dans un contexte mondial très volatil, ceux-ci ont reconnu des risques majeurs et annoncer vouloir maintenir des niveaux inédits de financement pour atténuer les effets négatifs des crises. La Banque mondiale a ainsi prévu de mobiliser $170 milliards de dollars sur les 12 prochains mois, un montant sans précédent.

Les pays doivent continuer d’utiliser ces enceintes multilatérales pour dialoguer, coopérer et maintenir la paix.


Pour commander les éditions « Les cahiers de la bienveillance » :


Equipe de publication : Henri Lastenouse et Karine Lazimi Chouraqui


24 vues0 commentaire