Rechercher
  • The Alchemists

La pandémie nous a rendu plus fort !

#27 - Un entretien de la bienveillance avec Barbara Steiner par Henri Lastenouse & Karine Lazimi Chouraqui de l'Académie The Alchemists


Crédit photos : Unsplash.com - Nathan Dumlao

Henri Lastenouse : si vous deviez dessiner la sortie de crise pour la (ou le) CEO d’une entreprise de votre secteur, à l’heure où la promesse d’une immunité vaccinale est promise pour le troisième trimestre 2021, quel devrait-être, selon vous, sa première décision ?


La situation inédite que nous avons vécue a poussé chacun à s’interroger sur ses choix, ses priorités, et surtout le sens de son travail. Il est donc important pour tout CEO de prendre plus que jamais en compte ce besoin de sens, pour engager ses collaborateurs. De façon plus concrète, il est aussi prioritaire de sécuriser les ressources et les talents, piliers de la croissance à venir. Dans mon secteur, celui de la Martech, qui a globalement profité de l’accélération de la digitalisation des entreprises, les talents sont très recherchés. C’est le moment d’embaucher !


Karine Lazimi Chouraqui : quelles sont les mutations dans l’organisation du travail imposées par la pandémie depuis plus d’un an qu’il faut maintenant pérenniser au sein de l’entreprise ?


Cette pandémie a ouvert un mode d’organisation du travail que personne n’aurait pu imaginer il y a 18 mois. Avec un « full remote » pour beaucoup d’entreprises dans le digital pendant plus d’un an, il a fallu inventé une nouvelle façon de travailler et de manager, qui repose beaucoup sur la confiance. Si de nombreux collaborateurs ont pu y trouver bien des avantages au quotidien (moins de transport et de fatigue), il atteint cependant sa limite dans la durée. Une grande majorité des équipes aspire aujourd’hui à mix de présentiel et de télétravail pour bénéficier du meilleur des deux mondes. Il faut donc veiller à gérer cette nouvelle phase de transition en douceur, avec bienveillance, et surtout en préservant ce lien de confiance avec les collaborateurs.


Henri Lastenouse : cette pandémie a surtout mis en évidence nos fragilités face aux mutations, notre capacité insuffisante à nous adapter... comment ne pas se tromper, anticiper, sur quoi agir pour conjuguer court et moyen terme, au moment de choisir un cap pour le monde d’après ?


Cette pandémie a peut-être mis en évidence quelques faiblesses, mais il me semble qu’elle a surtout révélé une très grande capacité d’adaptation dans des situations inconnues et inédites, et cela dans tous les secteurs.

Parfois avec un petit temps d’adaptation dans une logique de « test and learn », mais avec agilité et humilité. Cela a aussi accéléré beaucoup de prises de conscience majeurs (transition écologique, numérisation de l’école, …) et cela nous rend plus fort pour ce monde d’après.


Equipe de publication : Henri Lastenouse et Karine Lazimi Chouraqui


15 vues0 commentaire