Rechercher
  • The Alchemists

Européens : vers un nouvel équilibre de vie ?

#3 - Européens : vers un nouvel équilibre de vie ? de Nathalie Lefevre par Henri Lastenouse et Karine Lazimi Chouraqui de l'Académie The Alchemists


Crédit photo : Kaylah Matthews - Unsplash.com

Voici venu le temps de la porosité entre nos deux vies, professionnelle et personnelle ! Faut-il s’en réjouir ? Avant la pandémie, sous l’impact du développement du digital, des smartphones, l’intrusion était déjà là. Le flux de nos émotions ne s’est jamais arrêté à la porte du bureau ou de la maison ! Avec la pandémie, le télétravail a permis d’éviter la fatigue des trajets, de mieux se concentrer, de gérer sujets professionnels ou personnels dans la journée.


Sans surprise, la quête d’une meilleure conciliation entre vie pro/perso est la première priorité post covid pour 59% des salariés. Plus éclairant encore, des études récentes couvrant les pays européens, ont montré que les pays affichant les plus hauts scores de stress (signe de mauvais équilibre vie pro-vie perso), n’étaient pas ceux qui travaillaient le plus et inversement.

Ainsi, le Danemark affiche l’un des scores de stress les plus faibles alors qu’il est le N°2 en termes d’heures de travail hebdomadaires. La France affiche un nombre d’heures de travail hebdomadaire plutôt élevé - mais inférieur à la Pologne, au Danemark ou à l’Espagne - pour un score de stress dans la moyenne.


De toute évidence, la conciliation vie pro/perso n’est pas simplement corrélée aux heures de travail. La perception de chacun(e) sur la façon dont le temps de travail empiète sur leur temps libre, les fatigue, les stresse ou les empêche de se consacrer à autre chose, a aussi son importance. La définition du « pas assez de temps » est donc très différente pour chacun. Les Danois font beaucoup d’heures mais considèrent qu’ils ont une bon équilibre vie pro et perso !


La personnalisation des conditions de travail est donc clairement en marche et la responsabilité en est plus que jamais partagée. Aux employés d’adopter une discipline personnelle et de savoir s’arrêter. Aux employeurs de renouveler leurs politiques RH, marques employeurs et pratiques managériales pour amener plus de flexibilité, respecter des limites, promouvoir un comportement sain et montrer l’exemple.


Pour commander les éditions « Les cahiers de la bienveillance » :



Equipe de publication : Henri Lastenouse et Karine Lazimi Chouraqui


72 vues0 commentaire