Rechercher
  • The Alchemists

Dessine moi le « monde d'après » entre risques, innovations et bienveillance...

#37 - Dessine-moi le monde d’après #5 de Pierre Breese par Karine Lazimi Chouraqui & Henri Lastenouse de l'Académie The Alchemists


Crédit photo : Unsplash.com - Jan Antonin Kolar

Comment décoder les enjeux du « monde d’après » sans parler brevet ?

Surtout quand la première des bienveillances universelle reste aujourd’hui l’accès de tous aux vaccins ? A ce sujet, c’est près de cent quarante-huit anciens chefs d'Etat et de prix Nobel, constatant l'échec des négociations internationales, qui se sont mobilisé lors des élections allemandes pour interpeller les candidats à la chancellerie allemande sur le sujet. En balance notamment, les intérêts de la recherche allemande qui a permis de développer le vaccin à ARN messager BioNTech-Pfizer...


En France, aussi les brevets ont mauvaise presse ! D’une part, trop souvent assimilés à un obstacle administrativo-juridique, freinant la créativité. D’autre part, ils sont communément réduits à la récompense du concours Lépine de l’invention la plus folklorique ! Bref, ils laissent souvent les entrepreneurs perplexes : « nos brevets ne nous servent à rien…mais ceux de nos concurrents nous empoisonnent la vie ». Paradoxalement, ils créent aussi parfois l’espoir excessif d’une sorte de « potion magique » qui rendrait le titulaire du brevet invulnérable, à l’abri de toute concurrence.


Or, le système des brevets est bien plus subtil, qui s’inscrit pleinement dans les « défis post-covid » de l’entreprise. C’est un réel outil de créativité « en distanciel », un univers bienveillant pour ceux qui savent exploiter la richesse de l’information accessible par les brevets. D’abord, une analyse des brevets existant avant le démarrage d’un projet technique est généralement un accélérateur d’innovation. Ensuite, l’étude des solutions explorées par d’autres, enrichit la connaissance de l’état de la technique, faisant souvent jaillir des pistes alternatives, ce que la période Covid a privilégié au plus haut point, souvent par nécessité. S’écarter de la portée d’un brevet antérieur, en « sortant par le haut », par des solutions techniques inédites, et plus performantes, voilà un chemin puissant au service de l’innovation de nos entreprises à l’heure « du monde d’après » !


Equipe de publication : Henri Lastenouse et Karine Lazimi Chouraqui


38 vues0 commentaire