Rechercher
  • The Alchemists

Convergences de l’innovation et du « bon sens » paysan !

#20 - Durant le siècle des Lumières, la vie agricole et les agriculteurs ont fait l’objet de nombreux écrits et essais élogieux de Viviane Neiter par Henri Lastenouse et Karine Lazimi Chouraqui de l'Académie The Alchemists


Crédit photo: henry perks - Unsplash

Durant le siècle des Lumières, la vie agricole et les agriculteurs ont fait l’objet de nombreux écrits et essais élogieux, car ils étaient synonymes de moralité et de civisme, par opposition au luxe de Versailles, corrupteur et égoïste. On aimait rappeler alors le rôle des citoyens agriculteurs romains, les réformes gigantesques de la politique agricole de Sully. Sans parler du fameux roman d’anticipation de Louis-Sébastien Mercier, « L'An 2440, rêve s’il n’en fut jamais » paru en 1771.


C’était avant l’ère des énergies fossiles…


De nos jours, l’agriculture est devenue le deuxième poste d’émissions de gaz à effet de serre (19% du total national et 85 MtCO2 eq. émis en 2019). Du coup, le 5 mai 2022, jour du dépassement de la France – arrivé presque 5 mois plus tôt qu’en 1960, les griefs ont fusé...


Les émissions intrinsèques du secteur agricole sont composées en majorité de molécules différentes du CO2, provenant de processus biologiques.

Ainsi met-on le haro sur l’élevage, à l’origine de 68% des émissions françaises de méthane…ou encore sur la culture des sols par la fertilisation, cause de 80% des émissions de protoxyde d’azote.

Ajoutons-y les émissions de CO2 provoquées par l’énergie dépensées par les engins agricoles et sylvicoles et c’est le cataclysme !


Sans parler de la guerre en Ukraine, le grenier à blé du monde, avec de lourdes conséquences sur la volatilité des prix des denrées alimentaires et la déstabilisation des marchés mondiaux.


De fait, jamais la pression sur le secteur agricole n’a été aussi forte. Il se doit d’accélérer la transition des pratiques agricoles pour produire mieux avec moins, sans renoncer à ses ambitions climatiques.


Déjà, n’oublions pas que les émissions de GES de l’agriculture ont déjà diminué de 8% entre 1990 et 2019 ! De plus, le dernier salon de l’agriculture a exposé la formidable expansion de l’AgriTech ! Notamment au pôle AGRI 4.0, avec les 50 start-ups de la Ferme Digitale. Elles illustraient parfaitement l’innovation technologique au service de notre souveraineté agricole et alimentaire, dans le cadre d’une agriculture plus durable et citoyenne.


Montesquieu écrivait « J’aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers », et ce n’était pas le moins du monde méprisant. Sachons donc faire converger avec bienveillance innovation et « bon sens paysan » !


Pour commander les éditions « Les cahiers de la bienveillance » :


Equipe de publication : Henri Lastenouse et Karine Lazimi Chouraqui


32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout